DSI

Les compétences du DSI : un enjeu critique

compétences-skills-DSI-SI

Les compétences du DSI : leadership, commercial, innovateur, image de Gerd Altmann sur Pixabay

DSI-Competences-Skills-direteurLes compétences du DSI évoluent et deviennent critiques. C’est grâce à ces compétences qu’il fait évoluer son entreprise et engage les changements digitaux. En outre, les actionnaires investiront si le DSI s’adapte aux réalités du marché. Valérie Bath Marzal, dirigeante de Mardi Conseils, travaille depuis plus de 30 ans avec les directeurs du système d’information. Elle donne les clés des compétences et de l’évolution des DSI. Résultats de nos échanges.

La compétence de base : l’expertise technique

La compétence indispensable du DSI (directeur du système d’information) est sa maîtrise des technologies et de leurs usages. C’est sur ce point qu’il est le plus sollicité par les Métiers. Sa tâche est complexe. Car il doit gérer un héritage informatique, parfois ancien, côtoyant des logiciels en mode SaaS plus récents.

Par ailleurs, être à la pointe des solutions informatiques est une nécessité s’il veut répondre aux besoins des Métiers. Il doit également s’assurer du bon fonctionnement et de la compatibilité de tous ces outils : bureautique, web services, progiciels, etc.

Mais ces compétences techniques restent insuffisantes. Afin d’affronter les enjeux de la migration vers le Cloud, de la sécurité et de l’évolution rapide des technologies, les DSI doivent :

Avoir le sens des affaires : une compétence ignorée ?

Le DSI possède une connaissance du marché de l’IT. C’est ce qui lui permet de mener des discussions commerciales avec les acteurs incontournables de son écosystème. Et quand l’entreprise se lance dans des investissements IT, ses conseils sont précieux.

C’est pourquoi, la négociation est une qualité nécessaire à son activité. Car le DSI négocie quotidiennement avec ses fournisseurs : éditeurs, prestataires, intégrateurs. Il leur achète du matériel, des logiciels, des services.

Le DSI valide également les contrats de tous ces achats. Or, les contrats informatiques, particulièrement quand il s’agit de fournisseurs étrangers, sont compliqués et demandent des connaissances pointues.

En outre, il lui est demandé de faire des économies, et en même temps de s’adapter aux changements technologiques. Il devient donc un véritable gestionnaire sachant combiner baisse des coûts et innovation. Ce sens de la gestion et du commercial lui permet de devenir un interlocuteur de sa direction.

Considérons l’informatique comme un outil de performance de l’entreprise.

Valérie Bath Marzal

Comprendre les Métiers : les qualités humaines d’abord

Le DSI sert les Métiers pour améliorer leurs performances. Il ne peut atteindre cet objectif que s’il est conscient de leurs enjeux et de leurs objectifs, et s’il sait proposer une collaboration technologique inter et intra-métier.

Dans ce cas, le DSI peut se positionner comme leur partenaire technique et fonctionnel. Le but de ce partenariat est de faciliter l’implémentation de nouveaux outils, d’améliorer la sécurité, de réussir les changements de la digitalisation, ou de maîtriser la data, etc. Savoir conseiller, définir des objectifs communs, conduire des projets en équipe pluridisciplinaire, proposer son expertise sont des compétences clés de ce partenariat.

Cette collaboration est efficace lors du choix des technologies que les Métiers vont utiliser. Un dialogue entre les deux parties permet de s’entendre sur les usages, les responsabilités et les périmètres d’action de chacun. C’est une bonne manière d’éviter le Shadow IT.

Comment favoriser la collaboration

De nouveaux usages facilitent la collaboration DSI-Métiers. De plus en plus de salariés, influencés par leur pratique des réseaux sociaux, collaborent sur des digital workplaces ou des plateformes collaboratives. Ces dernières favorisent le travail en réseau, en transverse, le partage d’information en temps réel et la co-construction de projet. C’est un vrai changement dans les méthodes de travail.

En agissant de concert avec tous les Métiers, le DSI rencontre les parties prenantes de l’entreprise, internes et externes, et en comprend les enjeux. Son activité lui donne ainsi une connaissance et une vision transverse de l’entreprise.

De cet environnement professionnel, le DSI bâtit un réseau étendu. Il contribue à l’élargissement de sa vision. Il est aussi une source de captation de l’innovation.

Compétences-DSI-skills

Le DSI maîtrise des compétences variées, image de congerdesign de Pixabay

Savoir coacher ses équipes : un rôle de manager

Le DSI accompagne ses équipes au plus près des préoccupations opérationnelles. Il cherche ainsi à obtenir une plus grande efficacité collective et à atteindre de meilleurs résultats. Savoir déléguer, régler les conflits, valoriser le travail des collaborateurs, sont des compétences managériales maintenant exigées.

Les directions informatiques se sont constituées au fil du temps au travers de deux grands pôles : les Infrastructures et les Etudes & Développement. Très scindées, ces deux sous-directions se sont souvent affrontées. Chacune se plaignant de ne pas être comprise par l’autre et de ne pas tenir compte de ses normes et contraintes.

Avec le numérique, des fonctions transverses se sont invitées dans l’écosystème (DevOps, Web, Data, IA…). Elles redistribuent les rôles et permettent des collaborations plus efficaces.

L’accueil des nouveaux talents est un nouveau challenge. Leur positionnement transverse change l’organisation de la direction des systèmes d’information. Ils se différencient des générations précédentes sur plusieurs points :

  • comportement au travail ;
  • usage des outils digitaux ;
  • aspiration à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelles ;
  • rapport à la hiérarchie…

Ces caractéristiques sont à prendre en compte lors de la composition des équipes. Souvent pluridisciplinaires, elles doivent partager des valeurs, des façons de travailler, des objectifs communs. Le DSI doit faire en sorte que leurs membres se parlent et collaborent.

Cultiver son leadership : une compétence devenue incontournable ?

En fédérant ses équipes autour d’un objectif commun, le DSI s’affirme comme leader. Les compétences requises sont l’écoute, l’analyse, la prise de hauteur. Il est bienveillant avec ses équipes car il est conscient de leur importance dans le dispositif de réussite de l’entreprise. Avoir un bon relationnel et savoir communiquer se révèlent alors des qualités nécessaires.

Elles sont indispensables pour s’adresser au Comex : présenter avec entrain, proposer ses stratégies, les faire accepter, écouter et comprendre les préoccupations des autres directions. En effet, le DSI devient nécessaire à la définition de l’avenir de l’entreprise. Il participe activement à la migration vers le Cloud, à l’installation d’outils et de méthodes structurants, à la défense contre les cyberattaques, au travail collaboratif. Ces projets mobilisent toute l’organisation et relèvent de décisions stratégiques à long terme.

C’est pourquoi, le DSI doit être capable de transmettre sa vision au Comex. De quoi s’agit-il ? Projeter le changement, anticiper les problèmes et concevoir les différents scénarios pour les aborder.

Vous êtes DSI ? Quelles sont vos compétences nécessaires selon vous ?

%d blogueurs aiment cette page :